Quand les géographes étudient le vocabulaire. Le cas des Plans de Déplacements Urbains.

Les Plans de Déplacements Urbains (PDU) font partie du Code des transports en France depuis 1982. Comme leur nom l’indique, ils ont pour fonction principale d’organiser les déplacements (circulation et stationnement) à l’intérieur d’un certain périmètre. A priori, les PDU sont donc bien éloignés de toute étude du vocabulaire. Pourtant, un point a été soulevé en 2006[1] : ces documents se ressembleraient tous, et ne laisseraient pas transparaître de véritables changements dans leur contenu. Avoir recours à la textométrie permettrait donc d’analyser les contrastes – les évolutions – entre ces différents PDU a priori jugés si « homogènes ». Qu’en est-il réellement de cette homogénéité ? Qu’est-ce que la textométrie permet de révéler à cet égard ?

T. Buhler, M. Bendinelli et V. Lethier étudient les discours des acteurs principaux des PDU[2] : les élus et les techniciens. Plusieurs techniques s’offrent aux chercheurs afin de recueillir leur corpus : l’entretien, le questionnaire, le travail sur archives et l’expérimentation.

Constituer un corpus de PDU : méthodes et limites

Si plusieurs techniques de recueil de corpus existent, c’est parce que chacune a ses avantages et ses inconvénients. Or, dans le cadre de cette étude, les contraintes étaient nombreuses. Dans le tableau suivant, nous avons répertorié chaque technique disponible pour procéder à un recueil de données, associée aux limites que ces techniques présentent dans le cadre d’une étude sur les PDU.

Techniques Limites
L’entretien –          La tendance des élus à utiliser des procédés de rhétorique pendant les entretiens biaise les données recueillies.

–          L’entretien permet de prendre du recul par rapport à ce qui a été fait dans le passé. Les données recueillies peuvent donc être différentes du réel.

Le questionnaire Les élus n’y répondent généralement pas, contrairement aux techniciens. Il y a donc un déséquilibre dans les données recueillies : elles ne sont pas représentatives des deux groupes visés.
Le travail sur archives L’analyse des données disponibles pour un même sujet impose de grandes contraintes de temps et d’organisation.
L’expérimentation Les possibilités de généralisation des résultats sont faibles puisqu’il s’agit de situations virtuelles.

Pour pallier les limites de chacune de ces techniques, les chercheurs ont recours à une cinquième méthode : celle de la textométrie. Dans leur article, l’analyse porte donc sur l’exploitation de deux éditions des documents de PDU. Ceux-ci regroupent dix-huit agglomérations françaises et ont d’abord été publiés dans les années 2000, puis plus tard, dans les années 2010. Le corpus regroupe un total de 1,8 millions de mots, et contient donc trente-six PDU.

Analyse textométrique : ce que dit la statistique sur ces textes

L’analyse de ces documents par le biais de la textométrie implique un encodage nommé « XML-TEI ». Il s’agit en fait d’une transformation du texte d’origine pour le faire répondre aux normes fixées par la TEI[3]. Cet encodage repose sur l’utilisation de balises, ces petites indications entre chevrons que nous croisons parfois sur Internet et certains logiciels[4]. L’objectif principal derrière ce procédé est de créer des découpages, des « divisions » dans les textes. Ces découpages permettront par la suite de comparer telles ou telles parties du texte entre elles à l’aide d’un logiciel de textométrie : les titres, les contenus des parenthèses, les conclusions, etc. Dans le cadre du travail sur les PDU, cette étape d’encodage XML-TEI s’est déroulée entre mars et juillet 2016.

Mais l’étude statistique d’un corpus nécessite également de réunir un ensemble de métadonnées concernant chaque document. Ce que nous désignons par l’appellation de « métadonnées » fait en fait référence aux données sur les données. Autrement dit : l’auteur du document à analyser, son titre, l’année de sa production, son genre… Dans le cas des PDU, les métadonnées rendent compte de plusieurs propriétés des textes, comme la couleur politique des agglomérations lors de la publication des documents, les bureaux d’études ayant participé à leur élaboration ou encore, comme nous l’avons mentionné plus tôt, leur année d’approbation.

Les chercheurs obtiennent ainsi quatre sous-corpus selon que les textes sont de droite, de gauche, produits dans les années 2000, ou dans les années 2010. Une fois ces quatre sous-corpus formés, il est temps de procéder à une AFC[5] (Analyse Factorielle des Correspondances).

Pour cette étude des PDU, l’axe 1 correspond à leur inscription temporelle. Autrement dit : ont-ils été produits dans les années 2000 ou 2010 ? Les chercheurs observent deux oppositions majeures sur cet axe :

Figure 1 : Première opposition dans les PDU : les PDU passifs à objets concrets / les PDU actifs à objets abstraits.

  • Une opposition entre des termes décrivant des dispositifs concrets de la mobilité quotidienne / des termes plus abstraits
  • Une deuxième opposition de termes désignant une obligation / une prise d’initiative.

Grâce à l’AFC, les chercheurs arrivent à un premier résultat : dans les années 2000, les discours étaient plutôt passifs, mais ils traitaient d’objets concrets. Dans les années 2010, bien qu’ils semblent plus actifs, les objets traités sont paradoxalement plus abstraits : s’il était question de « ligne », de « stationnement » et de « double voies » dans les années 2000, les années 2010 proposaient quant à elles des « mesures » et des « mises au point ».

Le deuxième axe qui constitue l’AFC concerne quant à lui les frontières partisanes « droite » et « gauche ». Cette fois, les chercheurs observent une nouvelle opposition :

Figure 2 : Deuxième opposition dans les PDU : la limitation des voitures à gauche, les alternatives à droite.

  • Les territoires électoralement à gauche tiennent un discours qui prône la limitation de la voiture en ville ;
  • Les territoires électoralement à droite se concentrent sur les alternatives proposées.

Ce travail a donc permis aux chercheurs de découvrir une mise en scène plus forte des capacités d’action tout au long de ces dix dernières années. Cependant, les objets de ces actions sont de plus en plus abstraits (par exemple, « mise au point » ou encore « mesure »). L’utilisation de la textométrie dans le cadre de cette étude a ainsi permis de mettre à jour des phénomènes autrement invisibles : finalement, il existe bel et bien des différences entre les Plans de Déplacements Urbains.

 

[1] Offner, J.-M., 2006, Les Plans de déplacements urbains, La Documentation française, 92 p.

[2] Buhler T., Bendinelli M., Lethier V., 2017, « Les PDU des années  2000/2010 et leurs discours », Treizièmes Rencontres de Théo Quant.

[3] La TEI (Text Encoding Initiative) est un consortium qui vise à fixer des normes pour la représentation des textes sous forme digitale.

[4] Par exemple : <front>, <body>, <text>, etc.

[5] Une AFC est une méthode d’exploration visant à observer l’association entre des variables. Les résultats d’une AFC sont présentés sur un graphique comportant deux axes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.