S’initier à la plateforme logicielle TXM

© Florence Bailly

La plate-forme technologique NuAnCES[1] et le laboratoire ELLIADD[2] (UFC) ont organisé une formation dédiée à TXM le 5 octobre 2017, avec le soutien de l’école doctorale LECLA[3] et de la MSH Dijon. Le logiciel TXM[4] co-développé par l’ENS Lyon[5] et le laboratoire ELLIADD[6] est désormais un des logiciels de référence dans le domaine de la textométrie. Si ce logiciel est très utile, son utilisation ne va pas de soi – d’où l’intérêt d’une formation qui lui est dédiée !

En effet, malgré les manuels et la Foire Aux Questions du logiciel disponibles en ligne, rien de tel qu’une formation en présentiel pour apprendre à manipuler TXM. Nous avons interrogé Marion Bendinelli, maître de conférences en Sciences du Langage à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (UBFC) et chercheure au laboratoire ELLIADD, qui co-anime avec Virginie Lethier la formation. Cette dernière a été pensée pour être  principalement un lieu de conseils, d’échanges et de retours sur les pratiques et expériences des apprenants : « Les manuels peuvent parfois être trop succincts, considérer certaines étapes comme « allant de soi », être « froids » : dans une formation, l’ambiance est cordiale, tous les niveaux se rencontrent ». Mais la formation n’est pas uniquement bénéfique pour les apprenants : pour les formateurs, c’est aussi l’occasion de découvrir de nouvelles pistes de développement du logiciel en fonction des nouveaux besoins. « Cela nous permet aussi de penser le développement du logiciel, en voyant naître de nouveaux usages, de nouvelles interrogations, en voyant d’autres domaines se saisir de l’outil », nous explique Marion Bendinelli. Toutes les personnes présentes à la formation ne venaient pas d’une discipline qui a pour habitude d’employer les moyens offerts par la textométrie : « Cela permet également de nouer des contacts et de créer des liens entre disciplines et « statuts » (doctorant-e, ingénieur-e, chercheur-e, enseignant-e-chercheur-e) ».

Les quinze doctorants et enseignants-chercheurs de l’UBFC présents ont donc eu l’occasion de s’initier à l’analyse statistique de données textuelles. Parmi les participants, 10 doctorants, un ingénieur de recherche, des maîtres de conférences venant du laboratoire ThéMa à l’UB et du laboratoire ELLIADD.  La formation du 5 octobre était focalisée sur la préparation des données, la constitution des corpus, mais aussi sur les bases de l’analyse statistique elle-même. Les participants ont eu l’occasion de manipuler TXM afin de se familiariser avec cet outil qui leur était, pour certains, totalement inconnu.

« TXM me permettra de faire mes analyses linguistiques pour ma thèse »

Mariele Mancebo-Garcia, doctorante en Sciences du Langage, faisait partie des quinze participants à la formation. Dans le cadre de sa thèse sur la construction discursive et le choix terminologique, la doctorante, Mariele Mancebo-Garcia s’était jusqu’à présent servi du logiciel AntConc, mais elle a ensuite décidé de se tourner vers TXM : « J’avais travaillé avec le logiciel AntConc jusqu’à la formation : plus simple que TXM, mais aussi plus limité… », nous confie-t-elle. « TXM est le logiciel qui me permettra de faire mes analyses linguistiques pour ma thèse ». La formation lui a donc permis d’apprendre à manipuler le logiciel dont elle aura besoin pour son doctorat. N’en connaissant que très peu avant le 5 octobre, elle en a appris plus sur les différents usages de TXM pour le lexique, l’index et les AFC – tant de fonctions que nous abordons plus en détail sur notre billet dédié au logiciel. « La formation a été vraiment utile et très bien organisée, le contenu nous a été transmis de manière très claire et avec une excellente didactique qui nous a permis de bien visualiser l’utilisation du logiciel ».

David Valageas, quant à lui, est ingénieur d’études au Centre George Chevrier et assiste des chercheurs – principalement sociologues et historiens. Tout comme Mariele Mancebo-Garcia, il était présent à la formation TXM dispensée le 5 octobre. Au départ complètement étranger au logiciel, la formation lui a permis de découvrir un nouveau domaine : celui de la textométrie.

« La formation était excellente sur le fond comme sur la forme. Outre l’utilisation précise de ce logiciel, elle m’a donné un aperçu des traitements et logiciels d’analyses textuelles dont je ne suis pas familier ».

L’ingénieur a même été surpris de retrouver certaines fonctionnalités sur TXM : « Je ne me doutais pas qu’un tel logiciel pouvait proposer des analyses factorielles ». Ses nouvelles connaissances dans le domaine de la textométrie seront pour lui l’occasion d’élargir ses pistes de recherche : « Je vais appliquer ce logiciel à des courts champs textuels d’une base de données historiques. Ce format ne correspond pas tout à fait au type de corpus auquel TXM est destiné, mais peut-être ce test se révélera-t-il fructueux… ». La formation a également permis à ses participants d’acquérir un bagage suffisant pour être partagé avec le reste de la communauté et ainsi donner lieu à un transfert de compétences, notamment assuré par les ingénieurs d’études comme David Valageas.

 

[1] Numérisation et Analyse de Corpus pour la rEcherche Scientifique

[2] Editions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactique, Discours

[3] Lettres, Communication, Langues, Arts

[4] Heiden, Serge et al. « TXM : Une Plateforme Logicielle Open-Source Pour La Textométrie – Conception Et Développement. » 2010, pp. 1021-1032.

[5] Serge Heiden, Matthieu Decorde, Alexei Lavrentiev et Bénédicte Pincemin (ENS Lyon)

[6] Sébastien Jacquot (ELLIADD)


Une réflexion sur « S’initier à la plateforme logicielle TXM »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.