L’éditorial vu par la textométrie

L’éditorial, le genre le plus noble de la presse française ? Né au début du XXème siècle, l’éditorial, qui semble incarner une spécificité de la presse, a été délaissé par de nombreux journaux au cours des années 2010. Cet article aujourd’hui en voie de disparition présente-t-il encore les mêmes caractéristiques qu’au début du XXème siècle ?

V. Lethier et C. Montrichard (ELLIADD, UBFC, Besançon – France)1 ont étudié l’évolution stylistique des éditoriaux sur une période de 115 ans. Ainsi, ce billet présentera les évolutions dans les éditoriaux entre 1900 et 2015. Le travail des auteures porte sur l’étude de douze journaux de presse écrite française, analysés sous l’angle de la morphosyntaxe. Analyser un texte à partir de la morphosyntaxe signifie que l’on ne garde que les catégories grammaticales des mots d’un texte, indépendamment de leur sens. Voici un exemple, présentant un même texte sous sa forme graphique (colonne A) et sous forme d’une suite de codes grammaticaux (colonne B) :

(A) Texte original (B) Texte après transformation pour une approche morphosyntaxique
Eh quoi ! pendant quatre ans, on vous a volés, pillés, pressurés ; on a piétiné vos droits et saccagé vos libertés ; on vous a pris vos enfants on a versé votre sang, et, à l’heure unique qui vous est donnée pour recouvrer l’argent pris dans vos poches, puis jeté aux quatre vents du bon plaisir parlementaire et des appétits des liquidateurs, pour reconquérir vos droits et vos libertés, pour restaurer le culte et le respect de la religion catholique […] INT PRO SENT PRP NUM NOM PUN PRO:PER PRO:PER VER:pres VER:pper PUN VER:pper PUN VER:pper PUN PRO:PER VER:pres VER:pper DET:POS NOM KON VER:pper DET:POS NOM PUN PRO:PER PRO:PER VER:pres VER:pper DET:POS NOM PRO:PER VER:pres VER:pper DET:POS NOM PUN KON PUN PRP DET:ART NOM ADJ PRO:REL PRO:PER VER:pres VER:pper PRP VER:infi DET:ART NOM VER:pper PRP DET:POS NOM PUN ADV VER:pper PRP:det NUM NOM PRP:det ADJ NOM ADJ KON PRP:det NOM PRP:det NOM PUN PRP VER:infi DET:POS NOM KON DET:POS NOM PUN PRP VER:infi DET:ART NOM KON DET:ART NOM PRP DET:ART NOM ADJ […]

Pour faire simple, en regardant le contenu de (B), il est possible de compter tous les noms, les pronoms, les verbes, et en distinguer les temps. Par exemple, « VER:pres » indique la présence d’un verbe au présent, contrairement à « VER:infi » qui représente un verbe à l’infinitif. Autrement dit, en s’intéressant aux catégories grammaticales des mots du texte (A), les chercheures étudient ce qui caractérise l’éditorial en tant que genre. Cette analyse permet d’aborder les transformations de la pratique journalistique dont portent trace les textes.

Mais avant de transformer ces textes en codes grammaticaux, il a fallu les trouver et les regrouper en corpus.

Acquérir des données de presse du XIXème à aujourd’hui

Avant d’étudier un corpus, il faut bien évidemment le constituer. Celui de V. Lethier et C. Montrichard regroupe 880 éditoriaux produits entre 1900 et 2015, et appartenant aux douze journaux suivants : Le Temps, Le Monde, Le Figaro, Libération, La Croix, Ouest-Clair, Ouest-France, Le Petit Comtois, Le Comtois, L’Est Républicain, Sud-Ouest et Charente-Libre.

Les éditoriaux antérieurs à 1945 ont été extraits en ligne à partir d’une base préexistante ou téléchargées sur le site Gallica. Les journaux publiés entre 1955 et 1995, non accessibles en ligne, ont nécessité un travail d’archives à la BNF (Bibliothèque Nationale Française). Les photographies des articles ont été soumises à une phase d’océrisation. Il s’agit d’un processus de transformation d’une image d’un texte numérisé en un document textuel exploitable informatiquement. Les journaux publiés entre 1995 et 2015 étaient disponibles sur la base de données recensant les principaux quotidiens : Europresse. Les chercheures ont ensuite sélectionné les éditoriaux en fonction de deux critères :

  • Une autodésignation générique : les éditoriaux sont explicitement nommés « éditorial » dans le journal et sont donc facilement repérables ;
  • Des caractéristiques dites péritextuelles : les éditoriaux ont en commun leur emplacement sur la Une, une signature ou encore une police différente de celle utilisée pour le reste des articles d’un journal.

Pour s’assurer que le corpus ne présente pas de « coquilles » présentes dans le document d’origine, ou ajoutées par la machine lors du processus d’océrisation, les chercheures ont utilisé le logiciel Presto, un logiciel d’aide à la correction de grands ensembles de données, créé par le laboratoire ELLIADD.

Une fois le corpus défini, constitué et corrigé, il peut être exploité et analysé.

Une étude empirique qui confirme l’effacement de la subjectivité de l’éditorialiste…

Prenant appui sur les travaux d’A. Rabatel2, V. Lethier et C. Montrichard s’intéressent à la place des pronoms dans les éditoriaux. A. Rabatel avait en effet pressenti un effacement progressif des marques de l’éditorialiste. Autrement dit, une hypothèse de départ était que la présence de l’éditorialiste, montrée entre autres par l’utilisation du pronom « je », tendait à disparaître au fil du temps. Le graphique ci-dessous montre que l’emploi des pronoms personnels chute progressivement. À partir de 1955, la courbe passe même en-dessous du 0. Cela signifie que les éditorialistes n’ont plus recours aux pronoms personnels dans leurs articles, et qu’ils utilisent majoritairement des structures impersonnelles. Ainsi, les éditorialistes effacent progressivement les traces de leur subjectivité. Cet effacement s’opère à mesure que la presse d’opinion cède le pas à une presse d’information.

Figure 1 : Profil macro-distributionnel de la catégorie des pronoms personnels de 1900 à 2015 (indice Lafon)

…et qui fait apparaître une nouvelle lecture des mutations de l’éditorial

Ainsi, l’étude systématique de la morphosyntaxe permet de confirmer les évolutions des éditoriaux entre 1900 et 2015 pressenties par des analyses non-outillées. Mais l’étude textométrique a également permis aux auteures d’identifier d’autres évolutions, qui n’avaient pas été envisagées par les recherches antérieures.
Le premier résultat montre un passage d’un style dit à consistance verbale à un style à consistance nominale. Autrement dit, en comparant les fréquences d’apparition des différentes catégories grammaticales d’un texte, un style à consistance verbale désigne un texte au sein duquel on retrouve une quantité importante de verbes. Par conséquent, un style à consistance nominale renvoie à un texte qui utilise particulièrement les noms.

Ce phénomène est intéressant car le verbe, par définition, est le cœur de l’action. Les chercheures en déduisent qu’un texte avec un nombre important de verbes se fait l’indice d’un appel à l’action. Le texte avec une majorité de noms, quant à lui, tendra vers une « considération générale » : il conceptualiste et analyse plus qu’il ne cherche à faire réagir l’audience.

Figure 2 :  Profils macro-distributionnels des catégories des noms et des verbes de 1900 à 2015 (indice Lafon)

Comme le montre le graphique ci-dessus, avant 1935, les éditorialistes avaient davantage recours aux verbes qu’aux noms. Cette tendance a ensuite été renversée, et l’on constate une nette préférence pour les phrases nominales de nos jours. Différents indices convergent pour interpréter ces évolutions grammaticales comme étant l’indice du passage progressif d’une presse d’opinion à une presse d’information. De « plume de combat », l’éditorialiste est devenu le relais d’une opinion dominante ne brusquant ni lecteur de gauche, ni lecteur de droite.

Exploration textométrique des évolutions de l’éditorial (1890-2015) illustre donc les apports d’une approche morphosyntaxique dans l’étude des éditoriaux et les transformations de la presse écrite. Cependant, ces premières conclusions pourraient être enrichies par d’autres analyses complémentaires : V. Lethier et C. Montrichard proposent des perspectives à explorer, notamment celle d’intégrer une annotation plus fine liée non seulement au sens, mais également au rythme des énoncés présents dans les éditoriaux. En approfondissant ces points, il serait ainsi possible de découvrir de répondre à davantage de questions : les éditoriaux persuadent-ils uniquement par le martellement ? La textométrie peut-elle parvenir à mesurer les répétitions de sonorités au sein de la phrase et au sein d’un même texte ?

 

Article : Lethier V., Montrichard C. (2016). « Exploration textométrique des évolutions de l’éditorial (1890-2015)». JATD 2016.
Communication au colloque GIS «  Les écritures du journalisme », organisé par le GIS Journalisme, groupement des laboratoires CARISM (IFP – Université Paris 2) CRAPE (CNRS – Universités de Rennes – IEP – EHESP) ELICO (Universités de Lyon) GRIPIC (CELSA – Université Paris Sorbonne), les 23, 24, 25 mars 2017.

Rabatel A. (2004). « Effacement énonciatif et effets argumentatifs indirects dans l’incipit du Mort qu’il faut de Semprun». Semen, vol. (17) : 111-148


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.